Artisanat / Commerce
Professions libérales

Bras-sur-Meuse (Meuse), village le plus connecté de France

La digitalisation comme outil d’attractivité, ça marche ! Résultat : des services à la population plus efficaces, des créations d’emplois et l’arrivée de travailleurs indépendants, donc de nouveaux habitants. Réussite d'un Maire, celle de Julien Didry.



A Bras-sur-Meuse, un village rural de 750 âmes, on n’a pas raté le train du numérique. Loin de là ! Pour contacter Mr Le Maire, mieux vaut Twitter qu’un coup de fil. Depuis 15 ans, à l’arrivée du maire actuel Julien Didry, tout a été progressivement digitalisé et donc dématérialisé pour les taches administratives : GED, zéro papier, Cloud privé et public... On connaît, on maîtrise, on utilise. Mr le maire et ses adjoints signent les documents sur leur tablette. Quant aux administrés, ils ont une appli dédiée pour être mieux informés et communiquer avec la mairie. Encore fallait-il qu’ils sachent utiliser ces outils.

Accueilir des populations nouvelles en quête de qualité de vie

Qu’à cela ne tienne, un «Numéripôle» a été créé qui a formé 500 personnes. Devenue une structure associative, il a été complété d’un «Numeri Fab», un laboratoire de fabrication numérique qui pratique l’impression 3D comme d’autres jouent à la pétanque, d’un «Repair Café»… En résumé, les trois motivations principales de Julien Didry pour ce vaste chantier : “concilier vie professionnelle et mandat d’élu (d’où la numérisation de la mairie), former la population et surtout, accueillir des populations nouvelles en quête de qualité de vie, parce que l’on est connecté, via le numérique et les transports.“

La population a augmenté de 40% depuis 2001

Et ça a marché. Depuis 2001, Bras-sur-Meuse a vu sa population augmenter de 40%, tandis que son espace de co-working « Workici », ouvert il y a 3 ans avec 5 bureaux, en loue désormais 15 (13 en permanence et 2 à la demande), assortis d’un service de conciergerie. En parallèle, les réseaux sociaux sont largement mis à contribution pour faire savoir. Qu’en a-t-il coûté ? : “Rien ! Uniquement de la volonté politique, se félicite M. le maire. Entre 2014 et 2018 notre dotation de l’Etat est passée de 52 000 à 25 000 euros mais la location des bureaux rapporte 40 000 euros par an !“. En prime : un restaurant a ouvert il y a peu et TF1 n’a pas hésité à venir interviewer Julien Didry pour raconter l’histoire du « village le plus connectée de France ».

Cf : https://www.lci.fr/high-tech/bras-sur-meuse-le-village-le-plus-connecte-de-l-hexagone-2081502.html

 

Retrouvez toute notre actualité sur TwitterFacebookInstagramLinkedinYoutube

Publié le: 23-03-2018